Accueil » Content » Faune et flore

Faune et flore

Flore

Le relief, la géologie qui fait alterner la craie, l’argile et le calcaire, l’exposition des pentes ont induit une très grande diversité de milieux sur un territoire restreint : pelouses calcaires coiffant des pinacles, sources, marais de pente, grottes, steppes de terrains siliceux, bois calcicoles ou acidophiles, micro-vallées aux rus toujours alimentés, anciens prés vergers, haies, rivières aux eaux propres.

Exposés au sud, les coteaux calcaires et crayeux de la Seine sont couverts d’une végétation qui a du s’adapter à la sécheresse. On y retrouve donc tout naturellement une végétation ou des plantes méditerranéennes comme l’Astragle de Montpellier, le Thym serpolet, l’Hélianthème blanchâtres et la Phalangère à fleur de lys. Mais on peut également admirer différentes espèces d’orchidées : Ophrys, Orchis pyramidale, pourpre ou militaire. En été, vous rencontrerez des cigales, vous croiserez le Lézard vert, et si vous levez les yeux, vous pourrez observez la Bondée apivore, la Buse variable ou le très rare faucon hobereau. Près des anciens vergers, vous entendrez, peut-être, l’exceptionnel Torcol...

La flore de VétheuilPrès des sources à mi-pentes, les bois sont humides, c’est le domaine des listères et des platanthères. Près de l’eau, vous aurez peut-être l’occasion d’apercevoir la robe jaune et noire de la salamandre et d’entendre le chant flûté de l’invisible loriot.

Nos collines sont coiffées d’une strate de sable de Fontainebleau, massive, surmontée d’argile. On y retrouve les conditions rencontrées habituellement en montagne : fraîcheur, humidité et acidité qui permettent l’éclosion de châtaigneraies, les plantations de conifères, des sous bois couverts de myrtilles, de digitales, de nombreuses fougères. Si l’on n’ y voit cependant pas de chamois, on y rencontre de nombreux chevreuils et sangliers. L’épervier d’Europe, la chouette hulotte, la buse variable règnent sur le peuplement d’oiseaux. Le grand pic noir est arrivé il y a peu et s’y est installé.

Au pied des buttes, le busard Saint Martin patrouille, dans les vergers, quelques chouettes chevêches vous observent.
Plus loin, dans les boucles de la Seine (Saint-Martin la Garenne, Sandrancourt, Guernes) c’est le domaine des oiseaux installés dans les lacs laissés par l’exploitation des graviers : l’été, l’oedicnème, le hibou moyen duc; l’hiver, les canards, les bécasses, l’automne le balbuzard fluviatile.